Texte ouvert – L’espoir de changement

Cela fait quelques mois que notre Terre nous a donné le signe que nous devions la laisser respirer davantage. Pour certain-e-s, cette période est une explication, tandis que pour d’autres cette pandémie est tout simplement une cause à effet.

Cependant, l’idée que ce soit la Terre qui nous passe ce message me parle beaucoup et me permet de faire des liens avec les personnes que nous accompagnions au quotidien sur le chemin de leur rétablissement.

Comme pour tout le monde, la vie en général s’est ralentie et autant l’équipe éducative que les résident-e-s ont dû se plier aux recommandations de l’OFSP. Nous avons diminué le nombre de professionnel-le-s en journée, nous avons restreint les entretiens référentiels, nous avons réduit les ateliers et les sorties sportives et culturelles.

Nous avons toutes et tous l’espoir de retrouver au plus vite une situation qui permettra de fonctionner au sein du résidentiel avec le programme habituel. Mais, durant cette période, nous avons dû faire en sorte de trouver des moyens de nous occuper différemment, que ce soit sur place ou par télétravail. C’est justement dans ces moments que je me rends compte des difficultés auxquelles font face nos résident-e-s. Et je pense que c’est dans ces moments-là que notre travail est encore plus important. Leur montrer que garder espoir permet de continuer à avancer petit à petit vers une lumière belle et claire. De pouvoir amener chacun-e à se reconnecter aux petites choses : ballade en nature, lecture, cuisine, partage de moments, jardinage, réflexion à soi, apprentissage de s’embêter, etc. Toutes ces choses sont davantage présentes lors de cette période extraordinairement particulière.

Pour moi, le petit clin d’œil de la Terre signifie que l’espoir d’un changement, d’une vie meilleure, passe par des choses simples, mais cela prend du temps. Je pense qu’elle nous montre qu’il est possible de changer, tout comme nous voulons accompagner nos résident-e-s vers une vie meilleure en valorisant les démarches personnelles qu’ils entreprennent actuellement en suivant une thérapie résidentielle.

J’aimerai conclure sur l’une des valeurs de notre travail et qui est importante à mes yeux : nous devons continuer à être porteur d’un message d’espoir et de changement, tout comme la Terre est en train de nous le montrer. Continuer à être bienveillant et positif dans cette situation, pourra conduire les résidents à poursuivre leur propre chemin du rétablissement.

                                                                         Michaël Pont, éducateur au CTR, Avril 2020